Apocalypse 13 (suite et fin) : la marque de la bête

Dans l’interprétation traditionnelle, l’antichrist sort de la résurrection de l’Empire romain ou tout du moins de l’Occident. Dans le scénario le plus couramment accepté au sein de la chrétienté, l’antichrist est à la tête d’un gouvernement mondial, et la marque de la bête – le plus souvent une puce électronique – est imposée à tout être humain. Sans cette puce/marque, personne ne peut ni acheter ni vendre.

Dans le paradigme islamique, l’antéchrist règne sur un territoire limité (principalement au Moyen-Orient), mais son influence est mondiale. La marque de la bête n’est pas imposée à tous les êtres humains, mais uniquement à ceux qui seront sous l’emprise directe de l’antichrist après son invasion d’Israël. Si cette interprétation est correcte, alors la marque de la bête doit être en relation avec l’islam. Cela s’accorde-t-il avec le texte biblique ?

Apocalypse 13.16-18 :

16 Et elle fait que tous – les petits et les grands, et les riches et les pauvres, et les libres et les esclaves – reçoivent une marque sur leur main droite ou sur leur front, [1] [2]  17 Et afin que personne ne puisse acheter ou vendre,[3]  excepté celui qui a la marque [du] nom de la bête ou la multitude[4] de son nom. 18 C’est ici la sagesse ; celui qui a de l’intelligence, qu’il parvienne à comprendre[5] la multitude de la bête,[6] car c’est la multitude d’un homme,[7] et sa multitude est [codée en] chi, xi, sigma (666). [8] [9] [10]


[1] La Parole ne laisse pas de place au hasard ! Voici ce que nous lisons dans Exode 13.16 : « Et cela sera comme un signe sur ta main, et des fronteaux entre tes yeux, car à main forte יהוה nous a fait sortir d’Égypte ». De toute évidence, Apocalypse 13.16 et Exode 13.16 sont connectés. Ces deux passages parlent d’une marque. Dans Exode 13.16, la marque est clairement spirituelle. Exode 13.9 précise la raison de cette marque : « Et cela sera pour toi un signe sur ta main et un mémorial entre tes yeux, afin que la torah de יהוה soit dans ta bouche ». On dirait que ceux qui prendront la marque de la bête délaisseront la loi de Dieu pour embrasser celle de l’antichrist (la charia ?).

[2] Ceux qui combattent dans le sentier d’Allah – et qui viennent de tous les horizons (riches, pauvres, etc.) – portent très souvent des bandeaux avec le nom d’Allah, sur le front ou sur le bras. La marque dont il est question ici est probablement avant tout spirituelle, mais si l’islam est bel et bien le système de l’antichrist, alors chez les musulmans, la marque est également physique.

[3] Il est important de remettre les choses dans leur contexte. L’impossibilité d’acheter ou de vendre concerne essentiellement les zones géographiques qui seront sous l’influence directe de la bête.

Lorsque Daech a proclamé son califat en 2014 sur une partie de la Syrie et de l’Irak, tous ceux qui ne se convertissaient pas à l’islam ne pouvaient ni acheter, ni vendre.

[4] Arithmos = 1) un nombre exact et défini ou 2) un nombre indéfini, une multitude, une foule.

[5] Psephizo = compter, calculer, voter avec des cailloux, supputer, évaluer, interpréter, comprendre, parvenir à comprendre.

[6] Nous avons opté ici pour « la multitude » (arithmos) plutôt que « le nombre » ; et « parvenir à comprendre » (psephizo) plutôt que « calculer » car il est possible que cette lecture nous éclaire sur l’identité de la bête…

[7] De quel homme pourrait-il s’agir ? Rien dans le texte ne nous dit que l’homme dont il est question ici doit être l’antichrist. Si nous prenons en compte que pour se convertir à l’islam, il faut réciter le credo islamique (appelé la Shahada, en déclarant, « j’atteste qu’il n’y a de Dieu qu’Allah et j’atteste que Mahomet est son Messager »), il semble donc tout à fait envisageable que la multitude d’un homme ne fasse pas référence à l’antichrist ici, mais plutôt à Mahomet, le fondateur et prophète de l’islam. Si une personne ne reconnaît pas Mahomet, elle ne peut pas se convertir à l’islam. Par conséquent, la multitude de la bête qui est la multitude d’un homme peut très bien représenter ceux qui recevront la marque de la bête sur leur front et qui sont voués à la destruction. Nous avons affaire ici à l’antithèse parfaite de la grande multitude, qui est la multitude de l’Agneau (Apocalypse 7.17 ; 14.4), celle qui reçoit le sceau de Yahweh sur le front (Apocalypse 7.3 ; 14.1). Ceux-là sont destinés à la rédemption (cf. Éphésiens 4.30). Une des multitudes est perdue et séparée de Dieu pour l’éternité (Apocalypse 14.11), l’autre est sauvée, elle a reçu le Messie (cf. Apocalypse 7.15-17 ; 19.6-9 ; 22.2-5).

[8] Beaucoup de personnes se demandent ce que « l’allégeance à la bête » signifie et quelle est la marque dont il est question ? Avant toute chose, nous devons reconnaître que la bête ne représente pas seulement un individu. La bête fait référence à la fois à un royaume (un groupe de nations, une multitude d’individus) – la bête qui sort de la mer – et à un homme – la bête qui sort de la terre.  Le passage en Apocalypse 13.16-18 nous donne les éléments suivants :

– La bête a une marque

– La bête a un nom

– La bête a un nombre, ou mieux traduit, la bête fait référence à une « multitude »

– Un défi est lancé au lecteur : « Que celui qui a de l’intelligence calcule ou considère le nombre de la bête ».

Tout laisse à penser que la bête de la fin des temps sera une confédération de nations qui agiront toutes sous une même bannière, celle de l’islam. Cette alliance sera cependant contrôlée et dirigée par un individu, révélé à la fin des temps comme étant l’antichrist. Les musulmans se référeront à lui comme étant le calife suprême. Il se lèvera contre tout ce que Yéshoua représente, c’est-à-dire le salut, la paix, le bien-être des individus, etc.

[9] Traduit par 666 dans toutes les Bibles. Le nombre 666 apparaît dans 1 Rois 10.14.
À noter que certains manuscrits indiquent 616, d’autres 646 ou 665 ; il y a donc plusieurs variantes. Six est le nombre associé à l’homme. Le nombre 666 pourrait donc pointer en direction du gouvernement de l’homme en rébellion contre Dieu. Ce verset a poussé un bon nombre de personnes à employer la gématrie pour faire correspondre ce nombre à un homme. Par exemple à Hitler, à Kissinger, au prince Charles, au beau fils de Donald Trump, à Macron et à une quantité d’autres personnages de l’Histoire. Toutes ces correspondances se sont révélées être erronées. Les écrits de la Nouvelle Alliance étant écrits en langue commune (Grec koinè), nous devons parfois nous référer aux différentes lectures, si nous voulons arriver à une compréhension correcte et complète. Dieu nous dit « c’est ici la sagesse », « que celui qui a de l’intelligence » ; c’est-à-dire, si vous avez la sagesse et la compréhension, alors vous trouverez ce que cela signifie. Voilà un défi lancé par Yahweh, pour tester notre sagesse et notre connaissance des prophéties des temps de la fin.

Dans cette traduction, nous avons opté pour les termes grecs (qui représentent un code) qui symbolise un message destiné à Jean – et à travers Jean, à tous les croyants. Ce code identifie la bête de la fin des temps :

– La première lettre grecque chi ressemble à deux épées entrecroisées. Il s’agit du symbole islamique.

– La lettre suivante, xi, qui est écrite verticalement, est le nom d’Allah en arabe (une fois remis horizontalement).

– Le sigma est un accent, plutôt qu’une lettre à proprement dit.

Le symbole des épées croisées avec le nom d’Allah représente donc la marque.

[10] Ce verset pourrait être traduit de la manière suivante : « Voici la sagesse. Que celui qui a la compréhension interprète [qui est] la multitude de la bête, car c’est la multitude d’un homme [Mahomet] et sa multitude [vient] « Au nom d’Allah » [bism Allah].

Voici les symboles chi, xi, sigma :

Tel est possiblement le symbole islamique que Jean voulait nous dévoiler avant même que l’islam voie le jour. Pour recevoir cette marque et rejoindre la bête/royaume/empire, trois conditions sont requises.

1) Déclarer qu’Allah est le seul dieu.

2) Déclarer que Muhammad est son prophète.

3) Rejoindre les musulmans pour combattre pour leur cause.

Si cette interprétation est correcte, la marque de la bête – l’allégeance à Allah – est réservée à ceux qui se conforment à la vision globale d’un monde politique et religieux islamique. Le système de la bête a comme marque le rejet de Yéshoua en tant que Sauveur/Fils de Yahweh, le changement de l’alliance éternelle du shabbat au vendredi, le changement du nom de Yahweh en Allah, le positionnement du Coran comme étant supérieur aux Écritures et le changement des lois. Il est très probable que l’abrogation de la Torah, du nom de יהוה, et la destruction au nom d’Allah soient le principe absolu de la marque de la bête. Si tel est bien le cas, tous ceux qui ne seront pas vendus à son idéologie et qui n’auront pas donné allégeance à la bête réanimée de la fin des temps, ne pourront ni acheter ni vendre. L’identité de l’antichrist sera cachée et gardée secrète jusqu’aux derniers jours, lorsque l’ultime empire renaîtra. Contrairement à ce que beaucoup enseignent, il est possible qu’il ne s’agisse pas de la renaissance de l’Empire romain, mais plutôt de la résurrection de l’Empire ottoman qui s’est endormi en 1923.

Pour Partagé

Laisser un commentaire